Vous êtes ici

Os, Croissance


SHOX, un gène de plus grande envergure ?

Les anomalies du gène SHOX sont une cause fréquente de petite taille qu’elles soient isolées et syndromiques. Le déficit en SHOX est ainsi classiquement associé à la dyschondrostéose de Léri-Weil et aux manifestations osseuses du syndrome de Turner: petite taille avec mésomélie (raccourcissement des segments distaux des membres, cubitus valgus, déformation de Madelung) [1]. La sévérité clinique associée à l’haploinsuffisance du gène SHOX est en fait extrêmement variable, allant de la petite taille idiopathique jusqu’à la dysplasie mésomélique de Langer pour la forme la plus sévère. Il existe une corrélation linéaire entre le nombre de copies du gène et le phénotype osseux.  Sur le plan moléculaire, les études sur les modèles animaux (poulet et zebrafish) et lignées cellulaires, ont permis d’analyser les fonctions propres et interactions de SHOX avec ses gènes cibles, régulateurs et voies de signalisation d’aval. Son expression intervient très tôt dès le 28eme jour pour les embryons humains. SHOX est l’un des facteurs essentiels régulant l’hypertrophie, la maturation et l’apoptose des chondrocytes au sein du cartilage de croissance.

Par ailleurs la délétion du gène Shox2, homologue de SHOX, entraine dans les modèles animaux un phénotype tout à fait différent de petite taille avec rhizomélie (raccourcissement des segments proximaux des membres), ce qui n’a jamais été décrit en pathologie humaine [2]. A ce jour les mutations humaines de SHOX2 ont été impliquées dans des anomalies de la conduction cardiaque puisqu’il s’agit d’un facteur essentiel à la formation du nœud sino-atrial [3].

En conclusion, les connaissances et recherche en cours ou à venir concernant le gène SHOX soulignent un intérêt bien plus varié que la simple mesure d’envergure qui doit toujours faire partie de notre examen clinique dans un contexte de retard statural.  

Mots clés : SHOX, short stature, growth plate

Impact à court terme sur la pratique clinique : non

Références 

[1] Rappold GBlum WFShavrikova EPCrowe BJRoeth RQuigley CA, et al. Genotypes and phenotypes in children with short stature: clinical indicators of SHOXhaploinsufficiency. J Med Genet. 2007;44 ,5:306-13.

[2] Tiecke E, Bangs F, Blaschke R, Farrell ER, Rappold G, Tickle C.Expression of the short stature homeobox gene Shox is restricted by proximal and distal signals in chick limb buds and affects the length of skeletal elements.Dev Biol. 2006 15;298,2:585-96.

[3] Hu WXin YZhao YHu J.Shox2: The Role in Differentiation and Development of Cardiac Conduction System.

Références

Date de la session : jeudi 27 septembre 2018
Type de session : ESPE Working Group on Bone and Growth Plate
Titre originale de la session : SHOX – from gene to growth plate
D’après la communication de : Gudrun Rappold, Germany

Auteur de la brève

Dr. Emeline MARQUANT

Service de pédiatrie multidisciplinaire Hôpital de la Timone CHU de Marseille